L’homme qui a changé ma vie

La métamorphose libératrice de l’amour, le sentiment amoureux comme une thérapie vers une nouvelle identité, l’entrée vertigineuse dans une autre dimension, une expérience où s’entremêlent beaucoup d’émotions pouvant nous rendre aussi très vulnérables.

MA RENCONTRE AVEC L’HOMME DE MA VIE *

Il y des moments, des espaces de vie où nous nous trouvons au carrefour, plusieurs chemins s’offrent à nous et la force nous ayant abandonné, nous adoptons sans en avoir vraiment le choix la seule voie sans issue, celle qui va nous empêcher d’avancer, de voir l’avenir, d’aimer et d’être aimer car enfermés dans notre château fort, armés pour ne plus souffrir, nous combattons désespérément contre nous-mêmes.

D’avoir eu trop mal, nous n’envisageons plus l’idée d’un bonheur.

Un jour, pourtant, l’appel d’un ailleurs possible, un second souffle d’espoir, une main qui se tend vers nous et nous quittons cette route pour revenir au carrefour identique au premier. La différence c’est que notre cœur n’y voit plus les choses sous le même angle. Quelque chose ou quelqu’un a fait électrochoc, nous a sorti de cet enfermement, nous faisant baisser les armes, descendre le pont-levis, abattre les murailles, çà peut être tout et rien, une écoute attentive, un événement qui nous permet de relativiser notre propre existence, une rencontre amicale et fraternelle, notre décision de dire « oui » à nouveau ou pour la première fois à notre destin et la croyance en sa raison d’être.

Ce jour là, assis au milieu du carrefour de notre destinée, Le regard tourné vers l’humanité, nous ne serons plus jamais abandonné, quelque soit la route choisie, toutes auront une issue malgré les détours, sens interdits, stops et feux rouges, accidents et embouteillages, nous irons au bout avec détermination. Nous étions en cage, nous avons trouvé le moyen d’en échapper, Cupidon a frappé faisant de nous un Pégase qui veut croire en la liberté et se battre pour elle.

L’oiseau frêle et chétif est devenu aigle royal au regard sûr et affûté.

Le vingt trois mars 2003, je me dirigeais vers ma rencontre déclic !

Retour sur Internet à la recherche de l’homme perdu …avec comme pseudo « j’ai envie de ».

*Extrait du livre « Adieu Voleurs de Vie »

******